Amérique Latine / Guatemala / Road Trip / Travel

MONTERRICO – GUATEMALA

Guatemala Monterrico Pacific Ocean

Nous arrivons à la 6ème et dernière étape de notre road trip. La partie tant attendue après des semaines de voyage intense ! La partie « chill » du séjour. C’est un rituel que nous avons désormais à chaque voyage, terminer nos aventures par quelques jours de repos avant de rentrer en France.

Nous devions initialement passer que 2 jours à Monterrico mais comme notre excursion sur le volcan a été annulée, nous avons avancé notre étape « chill ».

Nous voilà donc arrivés à Monterrico !

SE RENDRE À MONTERRICO

Nous avons littéralement traversé tout le pays en l’espace de 24h pour terminer notre voyage, mais ça valait le coup !

C’était ma première fois du côté de l’océan pacifique et qui plus est sur de superbes plages de sable noir !

Pour vous rendre à Monterrico depuis Antigua il y a en principe des bus, mais étant fatigués, déçus de l’annulation de notre excursion au volcan Pacaya, et sous une pluie battante, nous avons joué la carte de la facilité. Nous avons réservé un shuttle privé depuis l’auberge ou nous avons passé 1 nuit. Je n’ai aucun souvenir du prix que nous avons payé en revanche je me souviens bien que le trajet a duré presque 4h.

OÙ DORMIR À MONTERRICO ?

Nous avons logé dans un charmant petit hôtel en bord de plage, le Playa Saltomonte.

Le staff était au petit soin avec nous, les petits déjeuners au top, l’accès direct à la plage, la piscine, les chambres simples mais fonctionnelles, les hamacs. Tout était réuni pour que nous puissions nous reposer, d’autant plus que nous étions les seuls clients de l’hôtel (vive la saison basse !)

Guatemala Monterrico Hotel Playa Saltamonte

Les petits hôtels du même genre ne manquent pas aux alentours, je vous recommande vraiment de regarder sur Booking, il y a de nombreuses promotions et il est très facile de réserver à la dernière minute.

Nous avons facilement pu modifier notre réservation et rajouter une nuit supplémentaire sans frais.

OÙ MANGER À MONTERRICO ?

Si vous aimez les fruits de mer et le poissons vous allez être servis !

Définitivement les meilleures crevettes à l’ail que je n’ai jamais mangé (mon pêché ultime). Je n’ai mangé quasiment que ça pendant 3 jours !

Guatemala Monterrico Food

Je n’ai pas particulièrement d’adresses à vous recommander. Les petits restaurants tout au long de la route parallèle à la plage se valent plus ou moins. Je vous recommande aussi les restaurants sur la plage, dont celui voisin de l’hôtel ou nous étions, ils proposent des plats un peu plus européens si vous en avez marre du Guacamole !

QUE FAIRE À MONTERRICO ?

  • LES BÉBÉS TORTUES

Sur la période de Juin à Début Octobre, des tortues Luth viennent pondre leurs œufs sur la plage.

Une association locale sillonne la plage chaque nuit et récupère les œufs au moment de la ponte puis les plante dans des parcelles de sable à l’abri des prédateurs. Une fois éclos, les bébés tortues sont récupérées puis relâchées au plus proche de l’eau.

Il faut savoir que la plupart des bébés tortues meurent rapidement. Soit d’épuisement au moment de l’éclosion, car écrasées par les autres bébés elles n’arrivent pas à ressortir du sable. Soit pendant la traversée de la plage pour rejoindre l’Océan, mangées par les prédateurs comme les crabes ou les oiseaux. Le risque est tout aussi grand une fois la mer atteinte, les poissons et méduses dévorent également les petites tortues (oui la nature est cruelle).

C’est pourquoi, l’association choisi le meilleur moment de la journée, en général le soir au couché du soleil, pour relâcher les petites tortues. Les prédateurs ne sont pas de sortie ! Une chance supplémentaire de survivre.

Guatemala Monterrico Tortues

Entre 150 et 300 tortues sont relâchées ainsi quasiment chaque jours, selon les éclosions, tout au long de la période de ponte. Lorsqu’une tortue nait, il faut la relâcher dans la journée, au risque qu’elle perde son instinct de vouloir rejoindre l’Océan.

C’est un moment vraiment exceptionnel et très touchant que nous avons eu la chance de vivre. Pouvoir approcher et tenir quelques instants ces petits êtres

Pour avoir le privilège de participer à ce moment, nous avons versé environ 30 GTQ par personne (environ 3€) en guise de don envers l’association. Ce qui est vraiment dérisoire compte tenu du travail qu’ils accomplissent au quotidien, et pas seulement avec les tortues, mais avec beaucoup d’autres animaux comme des poissons, des reptiles ou encore des oiseaux. Ils sont très engagés quant à la préservation des espèces vivants dans la mangrove. Ils font également de la sensibilisation auprès des écoles locales pour la préservation de l’environnement et des espèces.

  • VISITER LA MANGROVE

C’est une activité que l’on nous  a proposé mais que nous n’avons pas souhaité faire car il fallait se lever très tôt pour voir le levé de soleil. Et à ce stade du voyage, niveau budget nous étions un peu juste !

  • NETTOYER LA PLAGE

Nous avions prévu avant notre voyage, de nettoyer une plage ou au moins d’accomplir une action écologique pour compenser un peu notre empreinte laissée pendant le voyage.

La plage de Monterrico est une des plus jolies plages que j’ai pu voir dans ma vie. Elle est large et s’étend sur plusieurs kilomètres.

Certain.e.s rêvent de plages de sable blanc immaculé, pour ma part c’est tout le contraire ! Je suis fascinée par les plages de sable noir ! Il a tendance à scintiller quand le soleil est au plus haut, je trouve ça superbe !

Malheureusement la plage est gâchée par des détritus. Il ne sont pas forcément visibles au premier abord mais quand vous vous promenez, vous tombez sur des mégots de cigarettes, des gobelets, des bouteilles de bières, des couverts en plastiques, des bouchons de bouteilles et la liste est encore longue !

On se dit tout de suite « les gens sont sales ». Oui et non. La vérité est toute autre. Il faut savoir qu’au Guatemala, le traitement des déchets n’est pas encore très au point. On a beau ramasser les déchets, si derrière il ne sont pas traités ou bien jetés dans des décharges, la finalité est la même.

Aussi, au Guatemala, la saison des pluies à tendance à faire déborder les fleuves et charrie beaucoup de déchets. Sans parler du vent qui emmène tout sur son passage.

Nous avons donc pris un peu plus de 1h pour nettoyer une portion de la plage. En l’espace d’1h, nous avons rempli 2 grands sacs poubelles avec les détritus trouvés sur la plage.

Ce que nous avons retrouvé principalement : Mégots de cigarettes, bouchons de bouteilles, couverts en plastiques, brosses à dents, coton tiges et beaucoup BEAUCOUP de micros bouts de plastiques.

C’est pourquoi il est important de réagir et de changer nos habitudes de consommations.

  • LE SURF

A mon grand désespoir, le mois de Septembre n’était pas propice à la pratique du Surf. L’Océan était très agité et les vagues partaient dans tous les sens. Le courant était très fort et emportait facilement au loin même en restant au bord de l’eau ! Prudence donc.

Je pense qu’à d’autres périodes de l’année le spot doit être très agréable. A cet endroit l’eau est chaude et il ne semble pas avoir des reef. N’hésitez pas à demander aux locaux du coin. Le jour de notre départ j’ai croisé un surfeur qui venait de briser son leech !

  • CHILL

A Monterrico tout est réuni pour se reposer. Surtout en basse saison où les touristes se font rares et que peu d’établissements sont ouverts. Pour ma part j’ai passé 3 jours à alterner bronzage, siestes, piscine, balades sur la plage et pause guacamole/limonada.

Je vous conseille de vous lever tôt pour observer les pélicans sur la plage. Ils volent en groupes en raz des vagues. Mais aussi de passer un peu de temps sur la plage au moment du couché du soleil, ils sont incroyables en cette saison.

QUITTER MONTERRICO

Nous devions retourner a Guatemala City pour prendre notre avion. Nous avons choisi de prendre un bus a Monterrico la veille de notre vol et non le matin comme un local nous avait conseillé et nous avons bien fait ! Un trajet qui était censé être fait en 2h a pris presque 4h ! Aux abords de la capitale le traffic se fait dense et il y a souvent des travaux sur les routes.

Guatemala Monterrico

INFOS & CONSEILS PRATIQUES.

Formalités administratives : Aucun visa n’est requis pour entrer au Guatemala. Vous avez droit à une période de séjour de 90 jours (varie selon votre nationalité). Le tampon sur votre passeport vous donne le droit d’accès au Belize, au Honduras et au Salvador.

Santé : Il est recommandé de faire les vaccins du voyageurs tels que la fièvre jaune, l’hépatite A et la fièvre Typhoïde.

Monnaie : 1€ =8.40 Quetzal (GTQ). Vous pouvez utiliser l’application « Convertisseur de devise Facile » pour convertir rapidement et sans besoin de connexion wifi.

Les transports : Dans tout le pays vous pouvez vous déplacer en Bus (type bus scolaires), en chicken Bus (des mini vans ou on s’entassent à 25), le prix est vraiment très bas. En tuk-tuk également dans la plupart des grandes villes. Vous pouvez aussi réserver des shuttle privés mais le coût est bien plus élevé. Dans certaines grandes villes comme Guatemala City ou bien Antigua vous avez également des Uber.

La nourriture : Selon les régions vous trouverez des plats types mexicains, américains ou bien d’Amérique du sud type Argentine. Les guatémaltèques mangent un peu épicé.

La population : Les Guatémaltèques sont des gens très accueillants, fiers que des touristes viennent visiter leur pays. Quand il s’agit de business, ce sont des féroces négociateurs ! Selon la ville ou vous vous trouvez, des habitants peuvent vous regarder avec insistance, pas de panique, dans certaines régions les touristes se font rares !

La météo : Selon la région il fait plus ou moins chaud. Il fait globalement humide dans tout le pays, très chaud au Nord dans la région du Péten et dans les Caraïbes. Mais aussi très chaud dans le sud vers Monterrico. Plus frais dans le centre du pays vers Chichicastenango. Septembre est apparemment le mois le plus pluvieux. Il y a effectivement une humidité ambiante constante, des averses mais très peu de journées entière de pluies.

Les souvenirs : Le Guatemala est un pays producteur de café et de chocolat mais vous pouvez aussi trouver du tissu traditionnel. Pour ce qui est alimentaire n’hésitez pas à acheter dans les supermarchés, les prix seront moins chers et pour les tissus c’est au Marché de Chichicastenango que vous trouverez votre bonheur. N’hésitez pas à négocier le prix, les locaux n’hésiteront pas à gonfler les tarifs s’ils voient que vous êtes un.e touriste ! Quand le prix vous semble correct, stoppez la négociation. Il ne faut pas trop abuser 😉

Guides : Beaucoup de musées, parc naturels, hôtels ont des guides touristiques. certains sont honnêtes, d’autres pas. Demandez bien le prix des activités/visites/transports qu’ils proposent à plusieurs personnes type commerçants, restaurateurs ou personnels de votre hôtel.

S’orienter : Je vous recommande fortement de télécharger la carte du pays avec Google Maps pour ne jamais vous perdre ! Vous pouvez y noter à l’avance les visites que vous souhaitez faire, les restaurants ou vous voulez aller et surtout apposer sur la carte l’emplacement de votre hôtel ! Très pratique quand vous prenez des taxi/uber/shuttle.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *